Notre cerveau se focalise…

Les neurosciences nous ont appris que notre cerveau était traversé par 50 à 60 000 pensées par jour… Un volume énorme. Mais pour peu que l’on se focalise sur une idée, celle-ci s’ancre en nous et notre cerveau l’intègre, voire l’alimente pour lui donner du poids, de la validité. Un exemple devrait parler à tous : il suffit de repérer un défaut chez une personne pour ne plus voir que le défaut en question, voire interpréter tous ses faits et gestes en confortant notre pensée ou jugement.

Il en va de même pour l’argent. Si vous pensez que vous n’êtes pas un bon gestionnaire, vous allez finir par le prouver. Il est urgent de prendre de la distance avec ces pensées limitantes la plupart du temps issues de notre histoire. 

Ce changement de perception doit être travaillé, car notre inconscient ne raisonne pas. Il est. Seule la conscience permet d’inverser cette tendance. 

 

S’exercer à la psychologie positive…

Comment faire ? La méthode consiste à interroger nos pensées, à les examiner sous tous les angles, à les questionner, à nous demander si elles génèrent des émotions positives ou négatives. 

Pouvons-nous nous poser pour examiner nos pensées concernant l’argent ? 

Arrivons-nous à déterminer où nous désirons aller vraiment ? 

Un petit effort ! Puisque nous pouvons philosopher sur le monde avec des amis…pourquoi ne pas utiliser les mêmes techniques pour notre bien-être ? 

 

Il est important d’interroger nos motivations réelles 

Souvent, je croise des personnes qui me disent qu’elles veulent payer moins d’impôts. A quoi cela sert-il ? Autrement dit, que ferions-nous de différent dans notre vie en payant moins d’impôts ? Il peut s’agir d’améliorer son confort de vie, de voyager, de financer des études, de s’épanouir. Toutes choses qui n’ont finalement rien à voir avec le fisc, mais avec des valeurs. 

Nous ne sommes pas nos pensées : les pensées appartiennent à tout le monde. 

Non, nous ne sommes pas nos pensées… pourtant nos parcours de vie finissent par les illustrer à merveille… 

 

Et si nous choisissions le bonheur…

Caroline, par exemple, était persuadée que dès que son budget se trouvait à l’équilibre, une catastrophe allait le plomber rapidement. Et bien cela se vérifiait systématiquement !

Bien sur, ces imprévus n’étaient pas de son fait… 

Ensemble, nous avons travaillé pour lui sécuriser du mieux possible ses comptes. Petit à petit, elle a réussi à rester sereine plus longtemps, sans que les imprévus de la vie ne viennent la déstabiliser. 

Caroline a appris au cours de cet accompagnement une chose importante : sa capacité à dépasser les obstacles par sa ténacité et sa recherche du bonheur. Le secret de sa tranquillité se nichait dans un besoin de trésorerie plus abondant… Ainsi, elle a finalement progressivement abandonné ses pensées négatives. 

 

Et si une trésorerie positive était parfois encore plus sécurisante…

En ces temps de covid, tout le monde a éprouvé la nécessité de bénéficier d’une trésorerie de secours, que l’on soit un particulier ou un professionnel. La trésorerie positive apporte un confort et une sérénité qui repoussent assez loin les inquiétudes et prédictions catastrophiques. Si vous avez besoin d’aide pour y parvenir, vous savez où me trouver.

 

dolor. Aenean nunc Nullam ultricies libero eleifend ut in quis,